Vous êtes ici

Imprimer

Les équipes

Patrick Mehlen, administrateur, chercheur élu

Gouvernance

Patrick Mehlen consacre l’essentiel de ses travaux novateurs à la compréhension des propriétés de survie de la cellule cancéreuse. Il est actuellement membre du Conseil d’Administration et du comité de pilotage de Synergie Lyon Cancer.

La communication entre les cellules de l’organisme et leur environnement s’opère habituellement grâce à des « récepteurs » situés sur la membrane, capables de recevoir des signaux spécifiques, les « ligands ». Alors qu’il était établi que les récepteurs n’étaient activés qu’avec leur ligand, Patrick Mehlen a proposé dès 1998 que certains fonctionnent lorsque le ligand est absent et que dans ce cas, ils commandent à la cellule de mourir : ce sont des « récepteurs à dépendance ».

Depuis, son équipe a identifié la plupart des 15 récepteurs à dépendance connus et ont mis au jour leur rôle dans le contrôle du développement des tumeurs. Or, il leur est apparu que la cellule cancéreuse réussit à leurrer ces récepteurs en produisant elle-même des ligands spécifiques pour survivre. Patrick Mehlen essaye donc aujourd’hui de concevoir des molécules interférant avec plusieurs de ces ligands dits autocrines pour conduire à la mort de la cellule cancéreuse. « Nous sommes actuellement à des étapes de développement différentes des candidats médicaments », explique le chercheur. « J’espère que d’ici quelques années, nous pourrons tester en clinique le premier composé auprès de patients et en cas de succès, enchaîner par les inhibiteurs associés à tous les récepteurs à dépendance découverts. Nous pourrions ainsi disposer d’une palette de traitements ciblés ».  

Je souhaite que mes découvertes servent à soigner des patients, qu’elles aient finalement un sens 

Patrick Mehlen est ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et titulaire d’un doctorat de Biologie moléculaire. Après avoir étudié le rôle des petites protéines de stress dans la mort cellulaire (l’apoptose) au Stress Lab du CNRS, il a passé un an à l’Institut Burnham de recherche médicale en Californie dans le cadre du programme « Aging and Cell Death ». En effectuant des recherches sur l’apoptose et la migration des neurones, il y a découvert avec Dale Bredesen le concept  les récepteurs à dépendance.

De 1998 à 2006, il a été responsable de l’équipe CNRS « Apoptose et  Différenciation » au Centre de Génétique et de Physiologie Moléculaire et Cellulaire (CG φ MC) de Lyon En 2004, il a emmené son « pool » de chercheurs au Centre Léon Bérard (CLB) où il dirige d’abord l’unité « Apoptose, Cancer et Développement » de 2004 à 2011 puis le Laboratoire d’Excellence DEVweCAN depuis 2012. En 2008, il a fondé la société Netris Pharma, qui vise à utiliser le concept des récepteurs à dépendance en stratégie anti-tumorale. « Au début, je faisais de la recherche pour comprendre, puis petit à petit, j’ai fait de la recherche pour essayer de servir », reconnaît Patrick Mehlen. Il co-dirige l’Institut des sciences cliniques au CLB depuis 2009 et est directeur adjoint du Centre de Recherche sur le Cancer de Lyon (CRCL) depuis 2011.