Vous êtes ici

Imprimer

Glossaire

Un essai clinique est une recherche biomédicale (ou recherche clinique) organisée et pratiquée sur l’Homme en vue du développement des connaissances biologiques ou médicales. La recherche clinique se situe après les phases de recherche en laboratoire et sur les animaux (dite phase préclinique) qui permettent d’évaluer l’activité d’un produit, sa toxicité et d’établir son rapport bénéfice-risque.

Les essais cliniques permettent d’évaluer et préciser la sécurité d’emploi (phase I), le devenir du produit dans l’organisme et confirmer l'efficacité thérapeutique de la molécule sur une maladie donnée (phases II et III). Elle porte sur de nouveaux médicaments ou sur une nouvelle façon d'utiliser un traitement connu, seul ou en association.

La recherche clinique est très réglementée, elle suit des lois internationales. L’objectif est de protéger les patients pendant et après le développement et la mise sur le marché d’un médicament.

Elle concerne également les dispositifs médicaux (instrument, appareil, équipement ou encore un logiciel destiné, par son fabricant, à être utilisé chez l’homme à des fins, notamment, de diagnostic, de prévention, de contrôle, de traitement, d’atténuation d’une maladie ou d’une blessure).

Voire également :

La recherche fondamentale (ou recherche académique) désigne « des travaux expérimentaux ou théoriques entrepris essentiellement en vue d'acquérir de nouvelles connaissances sur les fondements de phénomènes ou de faits observables, sans qu'aucune application ou utilisation pratiques ne soient directement prévues. »

Encadrement communautaire des aides d'État à la recherche et au développement » (Journal officiel 2006/C 323/01 du 30/12/2006) (- définitions 2.2.e)

La recherche fondamentale a donc pour principal objectif la compréhension des phénomènes naturels, la mise en place de théories ou de modèles explicatifs. Elle n’a pas de finalité d'avoir une mise en application économique à court terme : elle « crée » de la connaissance, elle explique, elle élabore des théories.

Mais attention, elle est indispensable au processus de création de nouvlles thérapeutiques : " C’est pratiquement toujours la recherche fondamentale qui est à l’origine des découvertes réellement innovantes ou des sauts qualitatifs dans les performances techniques" *. 

*René Bimbot et Isabelle Martelly : « La recherche fondamentale, source de tout progrès », La revue pour l’histoire du CNRS, 24 | 2009

Pour en savoir plus

De son côté, la recherche appliquée se concentre sur la mise au point de nouveaux "objets" comme par exemple les logiciels, les vaccins, les médicaments...). Elle intervient également sur l’optimisation de techniques ou de procédés déjà existants ou sur  leur adaptation à de nouvelles normes ou à des nouvelles opportunités commerciales (ex. : téléphonie mobile, isolation thermique, performances des moteurs, procédés d’analyse médicale etc.). Si la recherche appliquée aboutit souvent à des avancées significatives, les découvertes réellement innovantes ou les améliorations majeures en termes de performances techniques sont le plus souvent issues de la recherche fondamentale.

La distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée est délicate à établir. De nombreux projets se situent à l’interface de ces 2 disciplines. De nombreuses innovations majeures ont été développées dans une logique de recherche fondamentale, et n'auraient pas été développées dans un cadre de recherche appliquée. L’exemple du laser est très parlant : le principe scientifique du laser est décrit par Einstein en 1917, et la 1ère application industrielle date de 1967 (perçage) et depuis, de nombreuses autres applications dans des domaines variés ont été développées (disque optique, soudure et en médecine par exemple la chirurgie de la myopie ou de la cataracte). De nombreuses découvertes fondamentales peuvent ainsi trouver leurs débouchés des années après.

Il ne suffit pas de constater un fait mais le génie de certains chercheurs réside dans leur capacité à observer, s’étonner, à relier des faits entre eux, à extrapoler, à (se) remettre en question, à expérimenter et enfin à expliquer.

La recherche translationnelle : concept qui traduit les efforts à produire des applications concrètes à partir de connaissances fondamentales (voir : recherche fondamentale)

La recherche translationnelle ou recherche de transfert est une composante majeure de la recherche biomédicale. C’est l’expression d’un besoin essentiel d’accélérer la valorisation d’une découverte scientifique en application concrète et rapide au bénéfice des malades. C’est pourquoi la recherche translationnelle se développe à proximité du patient. Elle implique une grande collaboration entre chercheurs et médecins car elle doit permettre un transfert des connaissances dans les deux sens. La recherche translationnelle est la passerelle entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

La recherche translationnelle en médecine permet soit de développer des applications cliniques à partir d’une découverte en recherche fondamentale (valorisation) soit de favoriser l’exploration de nouvelles pistes, théories ou concepts à partir d’une observation clinique.

Elle favorise l’investissement des laboratoires pharmaceutiques dans les étapes de développement du candidat-médicament en médicament. Bien organisée, la recherche translationnelle permet (et nécessite) une implication rapide des industriels au cours du processus de transfert. S’y côtoient des cultures, des logiques, des valeurs et des pratiques différentes mais les objectifs sont les mêmes : soigner ! C’est un "lieu" d’échanges et d’interconnexion entre le monde académique et le monde industriel. Ces 2 secteurs s’enrichissent mutuellement grâce à leurs différences et ne peuvent se passer l’un de l’autre, chacun intervenant à des stades différents.

La réplication, c’est le processus qui permet de reproduire à l'identique un ADN.

Les cellules se multiplient par division cellulaire. Les cellules se divisent en 2 cellules-filles. C'est un processus qui permet la croissance et la régénération de tout organisme. Lors de la division cellulaire, le matériel génétique doit également être dupliqué. Lors de ce mécanisme, les deux brins de l'ADN mère se séparent. Deux nouvelles molécules d’ADN sont formées à partir de chaque brin. On qualifie ce processus de semi-conservateur car chaque nouvelle molécule d’ADN contient un brin-mère et un nouveau brin synthétisé. Ce mécanisme permet ainsi d'obtenir deux molécules d'ADN identiques à la molécule d'ADN mère. Ce processus permet à l'information génétique d’être transmis d'une cellule mère aux cellules filles.

Les réseaux thématiques de recherches avancées (RTRA) et les réseaux thématiques de recherche et de soins (RTRS) ont été créés par la loi de programme pour la recherche de 2006.
Leur objectif est de rassembler, sur un thème donné, des communautés d'excellence avec une masse critique de chercheurs de très haut niveau, autour d'un noyau dur d'unités de recherche géographiquement proches, afin d'être compétitif avec les meilleurs centres de recherche au niveau mondial.

Les RTRA et les RTRS fédèrent autour d’un objectif scientifique commun et d’une stratégie partagée des institutions d'enseignement supérieur ou de recherche publics ou privés et rassemblent des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des cliniciens permanents et éventuellement des entreprises.

Les RTRS, comme les RTRA, fonctionnent sous le statut de fondation de Coopération Scientifique (FCS) après la signature d'une convention d’objectifs avec le ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Un statut dédié de fondation de coopération scientifique (FCS) a été élaboré pour donner à ces structures la souplesse et la réactivité nécessaires dans un contexte de compétition internationale. Reconnue d’utilité publique, ces fondations peuvent  solliciter des mécènes privés.

Les RTRS incluent, en outre, une composante relative aux "soins" et rassemblent des équipes scientifiques et médicales du meilleur niveau, pour développer des projets instaurant une collaboration plus étroite entre la recherche fondamentale, la recherche clinique et des soins innovants, dans un domaine donné.

 Les thèmes sélectionnés vont de la transplantation à la santé mentale, en passant par le cancer et la prématurité.

Les RTRA couvrent l'ensemble des principaux champs thématiques de recherche : mathématiques, physiques, chimie, sciences de l'ingénieur, sciences de l'information et de la communication, sciences de l'information et de la communication, sciences de la vie, économie, sciences humaines et sociales.

En savoir plus